Honorer le Féminin Sacré
☥ Christelle Gacon ☥
☥ Guérisseuse - Prêtresse de la Divine Isis ☥

Honorer le Féminin Sacré, Thérapie énergétique à Lyon

Honorer le Féminin Sacré
☥ Christelle Gacon ☥
☥ Guérisseuse - Prêtresse de la Divine Isis ☥

Les Heyokas

15 Juil 2022 Honorer le Féminin Sacré ☥ La Sagesse Amérindienne

Dans la culture Lakota (Sioux), ces personnages sont appelés Heyokas et leur principale caractéristique est qu'ils agissent en dehors des limites, ou plutôt à l'encontre du comportement des gens ordinaires. Ils sont définis comme des « opposés » qui, loin d'être rejetés, sont reconnus comme une expression de la dualité et du mystère de l'existence humaine.

Dans son livre "The Gift of Power", Archie Fire Lame Deer, un Lakota fils et petit-fils d'Hommes Médecine, décrit le Heyoka comme un élu qui fait tout à l'envers. Et c'est en faisant les choses à l'envers qu'il est drôle. C'est un Clown Sacré.

L'auteur dit que le Heyoka est à la fois moins et plus qu'un Homme Médecine, que les gens le craignent et que lui-même a peur de lui-même et de ses étranges pouvoirs. Il peut, par exemple, produire une tempête de neige par temps clair, provoquer une tempête de grêle par temps ensoleillé et aussi protéger les gens de la foudre.

Dans la Voie de l'Heyoka, le modèle le plus emblématique, le plus complexe et le plus fondamental est celui du clown, ce bouffon déguisé avec des vêtements colorés, larges et rapiécés et avec le visage peint avec des traits exagérés, dont la mission est, avec des attitudes grotesques et inattendues, de provoquer le rire tandis que, par sa situation d'être exceptionnel, il peut exercer, au milieu du rire, une forte critique sur ses spectateurs et l'autorité établie.

Le caractère exceptionnel de l'Heyoka réside surtout dans sa rupture avec ce que le monde adulte, toutes cultures confondues, considère comme la normalité, ce paramètre accepté et convenu par la majorité. Un paramètre parfois inflexible, qui définit le « devrait être » et marque une frontière irréductible entre ce qui est acceptable et ce qui ne l’est pas, ou un paramètre flexible qui, non sans crainte, admet l'existence de « l’autre » différent et mystérieux comme faisant partie de la réalité quotidienne où, paradoxalement, celui qui, en brisant les tabous et les normes par la grossièreté et l'offense, sert à mettre en évidence les limites des valeurs morales et éthiques. Un privilège dangereux qui, non pas chez les Lakotas mais dans d'autres cultures et dans des cas extrêmes, lui a même coûté la vie pour avoir révélé une « face cachée » que le groupe n'avait pas envie de montrer.

Mais en même temps, en tant qu'expression de tant de Mystère et de Pouvoir, le Heyoka est considéré comme sacré, et bien qu'il remplisse parfois des fonctions très secondaires, comme celle du clown traditionnel chargé de distraire les taureaux qui, dans les rodéos nord-américains, font tomber sa monture, il est considéré avec le plus grand respect par son peuple, car il est entendu qu'il est en route vers la Sagesse.

Une fois initié, explique encore Fire Lame Deer, le Heyoka est destiné à parcourir un dur chemin d'apprentissage, à subir un processus de maturation qui le mènera finalement à la Connaissance. «Fils, un Homme Médecine doit tout expérimenter, il doit ramper aussi bas qu'un ver et s'élever comme un aigle", se rappelle-t-il avoir entendu son père lui dire un jour, père qui de Heyoka est devenu Wapiya (Sorcier et Magicien), puis Pejutawichasha (Celui qui guérit avec les herbes), Waaytan (Celui qui voit l'avenir et interpréte les rêves), et Yuwipi (utilisant les pierres et écoutant les Esprits) pour finalement devenir Wichashawakan, un Homme Saint.

 

L'Appel dans le rêve

Chez les Lakotas, les rêves, comme les visions, peuvent marquer le destin d'une personne. Ainsi, si quelqu'un rêve d'oiseaux, il reconnaît qu'il est destiné à être un Homme Médecine. Mais s'il rêve de foudre, de tonnerre, de Wakinyan ou d'Oiseau-Tonnerre, il deviendra inévitablement un Heyoka ou un Clown Sacré, qu'il le veuille ou non.

Bien que personne ne l'ait jamais vu, l'Oiseau-Tonnerre est décrit comme un Aigle géant qui, en battant ses énormes ailes, produit le tonnerre et dont le bec émet les éclairs des orages. Cet oiseau est le plus grand des Wakinyan, Esprits ailés sous forme d'aigles ou de faucons plus petits, avec lesquels il marque l'arrivée du printemps et son extraordinaire renaissance de la vie. Cet aspect bénéfique a toutefois son pendant dans le résultat destructeur des tempêtes par la foudre, les vents et les inondations. Ce sont des êtres dangereux et, comme le Pouvoir des Heyokas, ils possèdent une puissance si énorme qu'ils deviennent parfois incontrôlables.

Et c'est la propre nature contradictoire de l'Oiseau-Tonnerre qui se reflète dans l'attitude « contraire » des Heyokas, qui les pousse à s'emmitoufler par temps chaud ou à porter peu de vêtements en plein hiver. Fire Lame Deer dit que, avec l’Heyoka, « c'est comme avec la foudre, on n'est jamais sûr de ce qu'il peut faire ». De nombreux peuples croient que les Êtres du Tonnerre ont été les premiers à apparaître dans la création et qu'ils ont un lien spécial avec WakanTanka, le Grand Mystère.

Le Heyoka, quant à lui, restera lié aux images de ses rêves. S'il se voit comme un mendiant en haillons dans son sommeil, il doit s'habiller et agir comme tel, et s'il rêve d'un personnage ou d'un animal, il doit agir comme tel, mais sans expliquer la raison de son comportement. Fire Lame Deer dit : « Dans un rêve, mon père a eu la vision d'un hermaphrodite et d'un travesti (winkte), bien qu'il n'ait pas aimé cette expérience. Mais il a été obligé de jouer le clown sous le nom d'Alice Jiterbug, de porter une perruque rousse, des bas de soie et des chaussures à talons hauts. Les gens riaient de ses pitreries, sans savoir qu'il agissait en obéissant à sa Vision du Tonnerre. »

La condition d’Heyoka est transitoire, c'est une étape sur le Chemin de la Connaissance, mais c'est probablement le moment le plus difficile sur ce chemin. C'est une expérience du monde et de la nature humaine qui guérit, dévoile et équilibre son environnement en agissant comme le « contraire » qui va vers le rire et, en apparence, vers le chaos. C'est la catharsis ou la libération des tensions refoulées à travers ce personnage transgressif qui montre ce que le spectateur a caché. Comme le clown de tous les temps, le Heyoka est celui qui énonce les choses les moins importantes sur un ton solennel et les choses profondes comme s'il s'agissait de plaisanteries.

 

María Ester NOSTRO

 

Peinture : Lisa de ST CROIX (www.lisadestcroix.com)

Source du texte : El Orejiverde

Page et traduction : ☥ Honorer le Féminin Sacré ☥

www.honorerlefemininsacre.com


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Envoyé !

Derniers articles

L'Appel

Le Portail des Lions 88

Le Portail du Lion

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.